HISTOCLIMAT MCS, BILLIONS OF DATAS!

PAGE FACEBOOK
Visitors since 7/11/2009:
Visitors today:
X
-

Météostats +

Club Members +

Weather recently and Forecasts +

Averages and records +

Weather in past +

Dossiers du réchauffement climatique +

Releves in Paris +

Change language +

Weather models +

Extras +

Partenaires

  • MétéoLive Auvergne
  • Météo-Passion
  • La Météo.org
  • La Climatologie
  • Météo-Bretagne
  • Météo Puerto Banus
  • Climate Data
  • Côté Météo
  • Météo-villes
  • Météoinfo
  • Météo-Centre
  • Météo-Villes

Votes

  • Weborama
  • Good Station

Encore pour Amandine
Profil de l\'étape du Mont de Lans
Dégradé total couleur par couleur (Primaire) qui finit en noir
Le même Nanga Parbat, vu d\'un autre versant, la plus grande paroi verticale du monde (4500m)
Dégradé de Cristal: Pokémon version Cristal Suicune et les Zarbi
Le fameux Mont Kilimandjaro et ses glaces fondantes, 5895m, sommet de l\'Afrique en Tanzanie (Que Rafiqui ouvre).
Les 21 lacets de l\'Alpe d\'Huez
Alberto Contador el Pistolero del ciclismo
Logo de l\'équipe de Bretagne
Vive les enfants, petits anges!

(To sign on) (Log in)

 
les causes humaines sont-elles déterminantes pour expliquer le réchauffement?

les causes humaines sont-elles déterminantes pour expliquer le réchauffement?
La comparaison entre les observations et les simulations du climat permet d'attribuer l'essentiel du réchauffement climatique des 50 dernières années aux gaz à effet de serre d'origine humaine:
99% d’effet de serre naturel et 1%, produit par les activités humaines, qui dérègle tout.




Des gaz à effet de serre additionnels d'origine humaine

Cette production de gaz carbonique excède la capacité d'absorption de la nature. Répartie sur l'ensemble de la planète, elle renforce l'effet de serre naturel et contribue ainsi à réchauffer progressivement le climat terrestre.

Les principaux gaz à effet de serre :

Tableau des principaux gaz à effet de serre et de leur origine:


Les principaux gaz à effet de serre
GazPrincipale source directe (naturelle ou liée aux activités humaines)
Vapeur d'eauPremier gaz à effet de serre présent naturellement dans l'atmosphère
Dioxyde de carboneEmis par les éruptions volcaniques et les feux de forêts ou de brousse et issu de la combustion des énergies fossiles (pétrole, gaz, charbon) et de la déforestation
Méthane (CH4)Emis par les marécages et issu de divers processus de fermentation (ruminants, rizières, décharges)
Protoxyde d’azoteEmis naturellement en particulier par les sols et issu des engrais et de divers procédés chimiques
Halo carbures (chlore, brome, fluor)Utilisés dans l’industrie du froid, les bombes aérosols et la fabrication de mousses plastiques





Evolution des émissions de gaz à effet de serre : plusieurs scénarios possibles:

D'ici 2050, la concentration de gaz carbonique dans l'atmosphère pourrait avoir pratiquement doublé par rapport à l'ère industrielle, avec une concentration de l'ordre de 500 ppmv.
A l'horizon 2100, il existe une grande disparité entre les scénarios optimistes et pessimistes : la concentration atmosphérique de gaz carbonique devrait se situer entre 540 et 840 ppmv.

Plusieurs scénarios de développement industriel, économique et démographique ont été établis en 1990:

Les scénarios de type A correspondent à une croissance démographique et économique rapide. Les scénarios de type B supposent que des mesures environnementales seront prises dans l’avenir.

En outre, deux types de scénarios existent pour l’évolution technologique:

type 1: transfert de technologie (passage des énergies fossiles à des énergies non émettrices de gaz à effet de serre)

type 2: pas de transfert de technologie.

Ainsi, le scénario B1 est le plus optimiste des scénarios proposés, avec une concentration en CO2 en 2100 de 550 ppm. Le scénario A2 est le plus pessimiste des scénarios proposés et simule la situation qu'il adviendrait si aucune mesure n'était prise pour restreindre les émissions de gaz à effet de serre. Dans ce scénario la concentration en CO2 en 2100 est de 840 ppm. Le scénario A1B est un scénario intermédiaire, dans lequel la concentration en CO2 en 2100 est de 770 ppm.


Dossier précédent - Dossier suivant





Chargé en 1s
Jukebox de météostats: