PREVISIONS METEO - HISTOCLIMAT MCS, MILLIARDS DE DONNÉES - Evénements climatologiques en France depuis 1675:
Vagues de froid - Canicules - Douceur l'hiver - Etés pourris - Etés précoces - Hivers tardifs - Etés tardifs - Hivers précoces

Températures à Paris en Février 1838 Températures à Paris en Octobre 1898 Températures à Paris en Décembre 1849

PAGE FACEBOOK
Visiteurs depuis le 7/11/2009:
Visiteurs aujourd'hui:
X
-

Météostats +

Espace membre +

Temps actuel +

Moyennes et records +

Temps du passé +

Relevés chez moi à Paris +

Changer de langue +

Hors météo +

Partenaires

  • MétéoLive Auvergne
  • Météo-Passion
  • La Météo.org
  • La Climatologie
  • Météo-Bretagne
  • Météo Puerto Banus
  • Climate Data
  • Côté Météo
  • Météo-villes
  • Météoinfo
  • Météo-Centre
  • Météo-Villes

Votes

  • Weborama
  • Good Station

La table des 7 synesthésique, les chiffres sont de différentes couleurs.
Rendez leurs enfants à leurs parents
Le magnifique Fujiyama ou Mont Fuji au Japon. le Mont Argent.
4 Saisons dessine a 2/3 ans
Parcours de Paris-Nice
Un concert façon Woodstock
Un échiquier
Encore pour Amandine
Ma nature morte
Baguettes Pikachu

(Inscription) (Connexion)

 
quel climat pour l'avenir?

quel climat pour l'avenir?
Un réchauffement marqué et rapide en 2100 : entre + 1,1 et + 6,4°C.
Si l’on prend en considération la meilleure estimation de chacun des scénarios, l’estimation du réchauffement varie entre 1,8 et 4°C.

Dans le rapport publié en 2007, les experts du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) prévoient que la croissance mondiale et le développement économique associé auront pour effet la poursuite des rejets massifs de gaz à effet de serre. Leur accumulation dans l'atmosphère amplifiera le réchauffement climatique dans le futur.
Selon les experts, la hausse de la température moyenne simulée par les différents modèles de climat (français ou étrangers) d'ici 2100 pourrait être comprise entre 1,1 et 6,4°C. Cette fourchette de réchauffement s'explique par l'incertitude due aux divers scénarios d'émissions de gaz à effet de serre et aux modèles simulant l'évolution du climat.
Les résultats des simulations montrent également des variations du régime des pluies. Ces valeurs moyennes cachent également des disparités notables selon les régions.

Les simulations climatiques avec le scénario A1B (scénario qui envisage des émissions moyennes de gaz à effet de serre) prévoient une augmentation de la température. Le réchauffement simulé pour le prochain siècle est remarquable par sa rapidité, si l’on se réfère à l'étude des carottes de glace prélevées en Antarctique ou au Groenland sur quelques centaines de milliers d'années ; cette étude révèle en effet que l'écart de température moyenne du globe entre une ère glaciaire et une ère interglaciaire n'est que de 4 à 6°C ; on est donc dans une simulation que l’on peut sérieusement prendre en compte..

Evolution du climat dans les différentes régions du monde:

Prévoir l'évolution des climats des diverses régions du monde se révèle difficile. L’incertitude des simulations climatiques augmente encore lorsqu’on les applique au niveau régional. Malgré cela, les différents modèles s’accordent sur un certain nombre de tendances pour la fin du XXIe siècle:

Le réchauffement sera plus marqué sur les continents que sur les océans, le réchauffement maximal étant prévu pour les régions arctiques.

A l'échelle planétaire, le cycle de l’eau va s’intensifier, ce qui implique un accroissement des précipitations moyennes sur les régions les plus humides et une diminution sur les régions les plus arides.

Evolution du climat en Europe de l'ouest et en France métropolitaine
Des simulations récentes pour l’ouest de l’Europe prévoient pour la fin du XXI e siècle (scénarios A2 et B2 : scénarios plutôt pessimistes du Giec) :
En été, un réchauffement marqué et une diminution des précipitations sur les régions méditerranéennes. Le risque de sécheresse sur le sud de la France, l’Espagne et l’Italie devrait être accru.
En hiver, une augmentation des précipitations sur toute la façade atlantique.

Vers une multiplication des événements extrêmes

Le rapport du Giec de 2007 prévoit une faible augmentation des pluies intenses aux moyennes et hautes latitudes de l'hémisphère Nord l'hiver, une augmentation des canicules et une diminution des vagues de froid. Mais, pour les autres phénomènes extrêmes comme par exemple les cyclones, aucune tendance ne se dégage de façon très précise.
Les études statistiques menées sur les cinquante dernières années ne montrent pas de tendance nette à l’augmentation pour les cyclones tropicaux dans l’Atlantique nord, les tempêtes en France et les épisodes de pluies diluviennes dans le Sud-Est de la France. Les toutes dernières projections sembleraient montrer, non pas un accroissement du nombre de cyclones, mais une intensification de l’activité des cyclones les plus violents dans l’Atlantique Nord.
L'état des recherches ne permet pas non plus d'affirmer une augmentation de l'intensité et du nombre global de tempêtes, orages ou épisodes de grêle en France.

Des canicules plus fréquentes en été en France:
Les climatologues français ont récemment cherché à déterminer si des vagues de chaleur comme celle d'août 2003 pourraient se multiplier d’ici la fin du XXI e siècle. Ils ont choisi pour cette simulation climatique un scénario d’émissions de gaz à effet de serre plutôt pessimiste  (scénario A2 du Giec, pas de ralentissement des émissions).

Les simulations prévoient une augmentation très nette du nombre de canicules estivales en France. Les journées de très forte chaleur (température maximale supérieure à 35°C) devraient devenir beaucoup plus fréquentes à la fin du XXIe siècle : en moyenne, de 20 à 40 journées (selon le scénario) par été à Paris (contre moins de 3 actuellement) et de 25 à 55 journées à Toulouse (contre 3 à 5 actuellement).



Quel avenir pour l’humanité ?

Il est indéniable que l’activité humaine est devenue le facteur premier du réchauffement climatique; il faut donc envisager la réflexion sous l’angle des scénarios du futur de façon à lutter efficacement contre les causes du réchauffement.
En effet, un réchauffement marqué et rapide est possible en 2100 : entre + 1,1 et + 6,4°C. Si l’on prend en considération la meilleure estimation de chacun des scénarios, le réchauffement serait situé entre 1,8 et 4°C.

Le réchauffement simulé pour le prochain siècle est remarquable par sa rapidité. Or, nous savons que l'étude des carottes de glace prélevées en Antarctique ou au Groenland sur quelques centaines de milliers d'années révèle que l'écart de température moyenne du globe entre une ère glaciaire et une ère interglaciaire n'est que de 4 à 6°C, ce qui pose de façon dramatique l’avenir de l’humanité.

Après le protocole de Kyoto, la conférence de Bali a tenté de rassembler les bonnes volontés, mais certains pays parmi les plus puissants de la planète, les USA et la Chine notamment, refusent de sacrifier leur expansion économique à la sauvegarde de la planète.



Dossier précédent - Dossier suivant





Chargé en 6s